Rêvons notre ville


Rêvons notre ville (publié dans Anwale, No 3, 2008)

« Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve, mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité. » Friedensreich Hundertwaser

Zouk Mikaël cité de la Paix pour les Pays Arabes (1999)
Zouk Mikaël cité fleurie (2001)
Zouk Mikaël ville belle du Monde Arabe (2006)
Zouk Mikaël ville membre du conseil mondial de CGLU (2007)
Zouk Mikaël ville providence (2008) ???

Oui, Zouk Mikaël ville providence, chers (es) Zoukiotes et résidents, cela n’est pas un rêve, ou plutôt ; cela ne le sera plus.

Cette nouvelle réalité est désormais incontournable puisqu’elle est édifiée sur de fermes bases, sur un labeur de 40 ans, sur la patience d’un artiste et le goût d’un connaisseur, sur l’appui et sur la confiance d’une communauté fière de son choix, sur une volonté de promouvoir l’émancipation de l’Homme et de lui assurer un milieu favorable au développement de ses capacités et de son esprit.

Cette petite ville, arrachée par la côte et la colline, a incarné le rêve d’un Platon qui, il y a presque 3000 ans, a rêvé d’un paradis où le politique et le social œuvraient ensemble pour le bien de la commune. La cité platonicienne était une aspiration d’un philosophe qui voyait s’effondrer, devant la tyrannie naissante, les grands accomplissements d’une civilisation qui prêchait le savoir, le goût, la proportionnalité et les sciences. Depuis, des hommes œuvrent, partout dans le monde, à créer des environnements propices à l’émancipation de l’homme et de la civilisation. Ces efforts commençaient toujours par la préparation d’une infrastructure qui réduit tout d’abord les inconvenances quotidiennes, organise l’automatisme de la vie urbaine et assure une plateforme capable de recevoir des activités et des évènements qui enrichissent l’œil et l’esprit.

Ensuite vient le travail sur la « supra structure » qui reste le chef d’œuvre par excellence. Ce n’est pas par hasard ou par manque d’options que nous avons choisi la culture comme thème de ce numéro de décembre. Appelés par la culture de l’amour apportée par la nativité ce mois, nous saisissons l’opportunité pour appeler aussi à la culture de la paix.

« Quand le pouvoir de l’amour surpasse l’amour du pouvoir, la paix régnera », c’est cette phrase toujours répétée par notre Maire qui m’incita de plus à collaborer au projet de la démocratie participative que Nouhad NAUFAL rêve, depuis quelques années, d’instaurer à Zouk.

Démocratie Participative et Gouvernance

Modèle performant, la démocratie participative est un idéal politique moderne œuvrant à une meilleure représentation de la commune au sein des instances publiques et politiques. Mise en application en Europe depuis 1960, la démocratie participative fait désormais partie de la constitution européenne. La clé de réussite de ce nouveau système de « gestion » est la décentralisation aux niveaux des directions, des secteurs et des municipalités. Celle-ci donnera une meilleure chance à la réussite de l’expérience de participation.

Cependant, le concept de démocratie participative tel qu’il est appliqué en Europe est loin d’être mis en vigueur au Liban, notamment dans le cadre de la politique publique actuelle et la forte centralisation de tous les services et de tous les pouvoirs. Toutefois, adapter la démocratie participative au modèle libanais de vie socio-publique s’avère un premier pas vers une société plus émancipée, où la « supra structure » gagne chaque jour l’attention des responsables éclairés.

La ville de Zouk Mikaël se présente alors comme un « champs d’expérimentation » propice à la démocratie participative de part sa longue expérience en démocratie et son rôle de Leader des grandes communes – ‘Aammiyat – qui ont précédé le changement du régime politique au Liban dès la moitié du XIXème siècle.

En attendant que l’infrastructure publique soit reconsidérée dans le cadre d’une réforme générale au niveau de toutes les institutions étatiques, le champ d’action de cette proposition prend naissance dans le cadre de la ville de Zouk Mikaël. Les raisons historiques pour cette démarche, qu’on pourrait qualifier d’audacieuse, sont multiples et importantes, mais le vrai moteur de cette initiative reste l’essor et le développement qu’a connu la ville pendant à peu près un demi-siècle.

C’est pourquoi, malgré les destructions provoquées par la guerre, Zouk Mikaël est restée cette petite oasis dans le désert des batailles sanglantes. Ceci fut le résultat d’une collaboration étroite entre un Leader visionnaire et des habitants actifs, initiés petit à petit au concept du bien commun, à l’esprit de citoyenneté, animés par la fierté d’appartenir à une cité décorée partout dans le monde.

Ainsi, pour assurer la continuité de ce succès et pour partager son mérite avec l’ensemble des habitants de la ville, il sera alors indispensable de continuer à nous initier, Zoukiotes et résidents, à la collaboration et à la bonne gouvernance.

Zouk Mikaël Ville Providence

Le succès d’aujourd’hui fut bâtit sur le rêve d’un « Président » éclairé. Il faudra que ce rêve prenne forme chez tous ceux et celles qui habitent à Zouk Mikaël afin de rêver ensemble d’une ville exemplaire, d’une Ville Providence.

Si Zouk Mikaël est la vraie incarnation du rêve d’un homme, qu’en serait-elle si nous la rêvions ensemble ?

Loin de faire de la littérature, l’application du système de démocratie participative requiert des outils indispensables pour sa mise en vigueur, dont la motivation. Celle-ci est, certes, un facteur essentiel, alors que d’autres concepts s’imposent comme les dynamiques de réussite ou d’échec : la communication, le dialogue, la concertation, la collaboration et la gouvernance.

Là il est indispensable de noter que la municipalité de Zouk Mikaël travaille, depuis 3 ans déjà, à préparer l’infrastructure de ce projet en développant les capacités humaines et informatiques, recrutant de nouveaux membres et éléments jeunes et actifs ainsi qu’introduisant des outils de gestion moderne capable d’optimiser les rendements.

Pour concrétiser ces démarches réformatrices et pousser les résultats à tous les niveaux, des concepts tels que la démocratie participative et la gouvernance, consacrés par l’expérience de l’Union Européenne, les études de la Banque Mondiale, l’OECD et les Nations Unies, sont considérées comme des procédures indispensables pour achever une égalité de représentation et un partage du pouvoir et des responsabilités entre le gouvernement et les différents acteurs de la société.

Membre du conseil mondial des « Cités et Gouvernements Locaux Unis – CGLU » Zouk Mikaël est appelée à partager son expérience en « gouvernance » locale et prendre des actions vers une démocratie plus poussée dans la mesure où la loi libanaise le permet. Le deuxième numéro d’Anwale inclut l’appel du Maire à la participation de la commune dans la vie municipale à travers la transmission de leurs souhaits et de leurs visions au bureau du Maire qui accueille tous les jours Zoukiotes et résidents.

Ce numéro annonça aussi le lancement des prospections et des divisions géographiques des différents quartiers de Zouk en vue d’organiser ce qu’on appellera « les comités de quartiers ». 

Comme « la démocratie s’apprend et se pratique », il est temps de nous y mettre. La première démarche que nous devons entamer est la formation de ces comités de quartiers  ayant la capacité à trouver les conditions pratiques au guidage de l’action publique, alors que le pilotage pragmatique des pouvoirs reste de la capacité du conseil municipal.

Il faut toutefois respecter le processus sociopolitique de démocratisation et de maturation des habitants étant que la ville est à l’image de la mosaïque libanaise constituée par différents éléments et strates de la société.

Nous pouvons profiter de l’expérience des pays européens, quoique la marge de liberté et la dimension de l’opération diffèrent, en important les outils applicables au modèle libanais.

L’infrastructure disponible constitue la pierre de base sur laquelle il faudra fonder les activités qui concrétiseront l’aspect communautaire de la ville, de plus en plus urbaine. Une série d’activités sur différents plans et niveaux a été proposée au Maire qui est en cours de son étude. Ces activités et/ou démarches prennent naissance dans les différents quartiers pour aboutir à la Maison de la Jeunesse et de la Culture dotée d’un ciné club, d’un théâtre expérimental et d’une nouvelle bibliothèque – qui sera inaugurée prochainement – au Théâtre en style romain, à la Musée d’ABOU CHABAKÉ, à l’Avenue du Symposium, à la Maison de l’Artisan, au Vieux Souk et bientôt au Stade sportif de la ville…

Alors que les différents partis politiques et les autorités religieuses et temporelles parlent de démocratie et de concertation, nous pouvons donner Zouk Mikaël, notre ville, comme exemple à suivre et à vivre. Il est temps d’être avant-gardiste, il est temps de prendre compte de nos potentiels, il est temps de rêver ensemble pour un meilleur environnement, une meilleure ville, encore plus meilleure : Rêvons notre ville.

Advertisements